Accueil
La Fondation
Nos actions
Actualités
Faire un don
Témoignages
Mécenat d'entreprise

Une route à 4 voies traverse l’orphelinat - Projets à financer

Une route à 4 voies traverse l’orphelinat

projet/gari-pressejpg projet/forage-beninjpg projet/civierepng
projet/ampo-fillesjpg
Haut de page

Plus d'informations sur ce projet

Dans les années 90, après des centaines d’heures que Katrin Rohde a passé dans des bureaux et des ministères, l’Etat burkinabé a enfin mis un terrain à la disposition de l’ONG Sahel e.V. / AMPO pour y construire un orphelinat. Situé dans les faubourgs de la ville, ce terrain servait alors de décharge publique et contenait des ordures à perte de vue. Avant de pouvoir y construire les bâtiments, il a fallu entreprendre de lourds travaux de nettoyage et remplacer totalement la terre.

L’orphelinat AMPO-Garçons a été inauguré le 3 Mars 1996 à Ouagadougo au Burkina Faso et l’orphelinat pour filles a été ouvert le 15 Septembre 1999 sur un terrain annexe juste en face de celui des garçons.

120 garçons et filles socialement défavorisés y habitent actuellement, la plupart sont des orphelins, demi-orphelins, des enfants abandonnés ou maltraités de 7 à 19 ans. Tous les enfants sont pris en charge ; ils mangent trois fois par jour, sont vaccinés, habillés et chaussés. Ils fréquentent les écoles environnantes et donnent des résultats pour le moins satisfaisants, souvent même excellents. Il leur est possible de continuer l’école et cela en fonction de leurs aptitudes individuelles. Ils reçoivent tous une formation professionnelle. Actuellement 14 anciens enfants de AMPO étudient à l’Université de Ouagadougou, et parmi les anciens élèves, on compte déjà des infirmiers/infirmières brevetés, des maitres, bibliothécaires, etc…

Malheureusement, début 2013, la ville a décidé de transformer la petite voie située entre les deux orphelinats en une route à quatre voies.

La circulation dans cette ville avec ses 3 millions d’habitants est très dangereuse et ne peut se comparer avec les conditions européennes. A Ouagadougou, les voitures et les motos roulent à 120 km/h en pleine ville, personne ne respecte les feux, et les petits enfants des vendeuses ambulantes courent entre les motos. Les chiens, les poules, les charrettes d’ânes et les bus se partagent la même voie. D’après les statistiques officielles des sapeurs pompiers, 15.004 accidents avec des blessés graves, et 214 cas de décès, ont été décomptés en 2012.

Sur l’actuel terrain des filles, la cuisine prépare les trois repas quotidiens pour l’ensemble des enfants garçons et filles. Comment continuer à servir les repas lorsqu’une route aussi fréquentée traverse l’espace ? Comment assurer la sécurité des enfants, lorsque la porte d’accès s’ouvre directement sur cette voie rapide ?

La cellule directrice de AMPO a donc été obligée de trouver une solution pour continuer à assurer la protection des enfants.

Il a été décidé de faire déménager tous les enfants sur le terrain de AMPO-Garçons, là-bas les portes d’accès s’ouvrent sur une petite voie. Le terrain en question est assez grand pour offrir assez de place à 40 garçons et 40 filles. Le nombre d’enfants internes sera donc réduit de 120 à 80. Mais en même temps, AMPO augmentera le nombre d’enfants soutenus en externe qui restent dans leurs familles.

AMPO a pour projet de construire un nouveau dortoir, de nouvelles salles pour les éducateurs, les psychologues, les gardiens, également de nouvelles douches et WC pour tout le monde. La cuisine des enfants, la bibliothèque des enfants, la salle d’informatique et d’autres institutions sociales resteront sur le terrain des enfants afin de garantir leur sécurité.

Toutes les institutions administratives comme la comptabilité, le secrétariat et l’ensemble des ateliers s’installeront sur le terrain annexe situé de l’autre côté de la voie. Il y aura un peu plus de place pour agrandir l’infirmerie qui s’y trouve, et accueillir la boutique bio, ainsi que la fabrique de lunettes, la petite fabrique de savon et le laboratoire dentaire.

Dans cette nouvelle organisation, le budget global de construction des nouveaux dortoirs est estimé à 63.000.000 F CFA (soit près de 96.000 €). La Fondation SERVIR propose de financer environ 20% des travaux, soit 20.000 €.

Haut de page



Haut de page