Accueil
La Fondation
Nos actions
Actualités
Faire un don
Témoignages
Mécenat d'entreprise

Un médecin pour le dispensaire médical - Nos réalisations

Un médecin pour le dispensaire médical

projet/gari-pressejpg projet/forage-beninjpg projet/civierepng projet/ampo-fillesjpg
projet/medecin-chefjpg

Il y a 1 donateur à ce projet


Servir
Servir
Haut de page

Plus d'informations sur ce projet

En 2008 naissait dans la zone de Phum Russey, au Cambodge, où la population n’a pas accès à des unités de soins, un projet de dispensaire médical, fruit d’une collaboration entre 3 ONG travaillant dans le domaine de la santé (HAMAP Santé, Santé 5 Continents, Lyda Santé) et mettant leurs compétences au service de PSE (Pour un Sourire d’Enfant).

Le dispensaire médical se propose de dispenser les soins de santé primaires aux populations de la décharge d’ordures de Phnom Penh. Il permet également à l’équipe médicale soignante sur place de surveiller les indicateurs de santé tels que les principales pathologies rencontrées, les maladies infectieuses, les pandémies, etc.

L’unité médicale du dispensaire est composée d’un jeune médecin, d’un infirmier et d’une sage-femme. Elle est supervisée par un médecin coordinateur expérimenté, le docteur Kho VUTHI, médecin chef de l’unité mobile Lyda Santé et professeur à la faculté de médecine de Phnom Penh.

2000 patients bénéficient chaque mois de soins prodigués par ce dispensaire de Phum Russey qui se trouve à 100 mètres de la décharge d’ordure de Phnom Penh.

Ce dispensaire est de la plus haute importance pour le programme PSE, car si l’un des deux parents des enfants du programme PSE, tombe malade, il n’y a plus de rentrée d’argent dans le foyer (déjà très pauvre). Cette absence de salaire entraîne inéluctablement les enfants à quitter le programme PSE pour retourner travailler sur la décharge afin de rapporter de l’argent aux parents (et à se prostituer pour les petites filles à partir de 7 ans).

La fondation Servir a donc décidé de prendre à sa charge le salaire du médecin chef du dispensaire, le docteur Kho VUTHI, sur la base d’un budget annuel de 6000 euros.

La santé au Cambodge en bref :

Le Cambodge compte 14 millions d’habitants dont 19% en milieu urbain.

Le taux de mortalité infantile est de 140 pour 1000 naissances. Le ratio de mortalité maternelle avoisine celui de 450 pour 100 000 naissances et l’espérance de vie moyenne est de 57 ans.

La situation sanitaire est alarmante pour les personnes vivant en zone rurale et touchées par la pauvreté.

Dans ce pays où le revenu annuel moyen par habitant est estimé à moins d'un euro par jour, seule une faible proportion de la population peut accéder aux soins.

Les dépenses de santé directement assumées par les familles s'élèvent à environ 167 euros par personne avec des conséquences dramatiques pour l'ensemble du foyer : aggravation des pathologies, surendettement, vente de l'outil productif, travail des enfants, prostitution …

N’oublions pas qu’une des principales causes de prostitution des enfants au Cambodge est la nécessité de payer les dépenses de santé de la famille !

Haut de page

Dernières actualités de ce projet


Pas encore d'actualités en relation avec ce projet !



Haut de page